Médaille GRR2016
Conseils En situation Témoignages

A la découverte de l’Ultra : Grand Raid de la Réunion

Posté le 18 avril 2017

Les compétitions ont cela d’exceptionnel qu’elles nous font voyager…  en tout cas c’est un très bon prétexte pour cela…

Paysage GRR 2016

La pratique du longue distance se démocratise de manière importante ; nous avons vu l’essor il y a une dizaine d’années du marathon. L’ironman devient une pratique elle aussi très convoitée en tout cas une fois passés les aspects techniques et logistiques…

Place maintenant à l’ultra-trail avec des défis de plus en plus « élevés » (nous n’utiliserons pas le terme de fou afin de ne pas porter un  jugement de valeur). Je ne vous parlerai pas de ce qui est bien ou pas… des valeurs minimales afin d’être prêt ou pas… etc… comme dans toute discussion de comptoir chacun a son point de vue et s’il y en avait un vraiment bon, cela se saurait… L’important est de se faire plaisir et d’être honnête dans sa fixation d’objectifs et dans ses capacités…

C’est ainsi que j’ai abordé mon premier Ultra-Trail : LE GRAND RAID DE LA REUNION

Voici ma Diagonale des Fous…

Finish GRR 2016

 

POURQUOI ?

Chacun se lance ses propres défis…  selon sa propre programmation. Nous pourrons partir sur un projet scolaire, professionnel ou sportif…  Certaines périodes peuvent être plus propices à cela : un anniversaire, une maladie ou encore un changement de mode de vie…

Je suis sportif, je suis entraineur…  j’entraîne des champions… mais je pratique du sport loisir…  mes contraintes professionnelles étant importantes, j’ai fait le choix d’une pratique soft… alors les compétitions, auxquelles je participe, sont, avant-tout, pour moi… je me les programme afin qu’elles n’altèrent en rien ma vie de famille mais soit un vrai plaisir partagé…  un bon moment où tous profitent..

Le trail a cette vertu du voyage de découvrir un côté plus sauvage, plus naturel de nos régions… aimant l’endurance, je me suis tourné naturellement vers cette pratique …

Le choix du Grand Raid de la Réunion a été mûrement réfléchit; le projet me trottait dans la tête depuis plusieurs années… renforcé il y a cinq ou six ans par de très beaux reportages qui ont conforté mon besoin d’en prendre plein les yeux…

Cette épreuve me permettra de me découvrir, de connaître mes capacités.

Parcours GRR

UN OBJECTIF OBJECTIF ;)

Pour reprendre la nécessité de définir mon objectif, j’ai repris l’acronyme SMART (PF DRUCKER 1954)

Simple : j’ai un seul objectif FINIR.

Mesurable : sur quelles bases, quelles valeurs je donne à ces 167KM…

Atteignable : j’y inscris une stratégie.

Réaliste : j’apprends à construire mon effort et à réfléchir différemment des courses courtes.

Temporalité : je vais me préparer dans un temps cours selon mon objectif. J’y accorde un certain temps et construis mon planning selon mes contraintes et celles de la course…

STATEGIE

Une stratégie en marketing vise à répondre à la question : Comment atteindre son objectif ? La problématique qui se pose est donc de définir une stratégie pour atteindre mon objectif en fonction de mon profil physiologique, de mes capacités et de mon expérience/connaissance.

Le hors série n°45 à la découverte du Trail de Sport et Vie SPORT ET VIE HORS SERIE N°45 Trail, nous rappelle une notion importante qui est que l’homme est un animal qui est fait pour se déplacer sur de longues distances. Ainsi, il est fait pour courir longtemps. Bien entendu, cette notion de locomotion et de durée nécessite des adaptations, de l’entrainement. Ainsi il sera mis en place une alternance de marche et de course afin de se déplacer « le plus vite possible » entre le départ et l’arrivée. Cette notion s’appelle : une signature de vitesse. Elle est très utilisée sur les courses courtes telles que 10km. Mais à intensité moindre, elle est intéressante sur les longues distances dans l’approche de temps de récupération musculaire ou physiologique. Vous pouvez retrouver des informations sur Billat Training.

Ainsi je me suis renseigné, fait appel à des conseils de spécialistes (amateur ou confirmé) dont l’objectivité n’allait pas être embrumée par un manque d’humilité mais bienveillante et clairvoyante. J’ai consulté de la littérature spécifique au trail mais aussi à l’entrainement afin de toujours renforcer mes connaissances mais aussi me forger ma propre opinion sur cette discipline particulière.

Ainsi, j’ai développé deux axes dans ma stratégie de course :

  • Le choix de toujours avancer même à faible vitesse…
  • Le choix de l’alimentation
  • Le choix du matériel et d’un équipement connu.

Le choix de toujours avancer

Le choix 1er concernait le fait de toujours avancer. Ainsi, j’ai cherché à toujours marcher ou courir, par alternance afin de marquer de plus ou moins faibles pauses (tout est relatif) au ravitaillement. Ainsi, l’idée était de bien gérer/doser son effort, entre marche et course avec des intensités connues et testées. Bien entendu, que le temps et les kilomètres passant, l’accumulation de fatigue et des dommages musculaires allait contraindre et limiter la performance. Mais quand ? Cette variable m’était inconnue de par mon manque d’expérience sur de l’ultra. Dans ce contexte, il faudra aussi savoir anticiper cette fatigue nerveuse, chercher à la réduire et la repousser… C’est seulement à ce moment que les siestes interviendront.

Le changement de climat, de passage jour/nuit, de température et de relief allaient aussi influer sur les périodes de marche et de course. Par exemple, il allait être préférable de marcher la nuit que de s’arrêter afin de ne pas subir le froid ou limiter le risque de chute. S’imposer à certains moment des micros siestes de 15 à 20 minutes après une bonne hydratation et alimentation afin de favoriser une digestion et assimilation. Ceci afin de « remonter en quelques sortes les voyants au vert ».

Le choix de l’alimentation

Ce choix était basé sur le principe d’équilibre, de variété et de plaisir… Car oui je souhaitais que cette épreuve soit un moment de plaisir, aussi difficile soit-elle. De plus en cas de doute, difficulté de se faire plaisir avec un aliment que l’on aime permet de se réconforter et de se faire du bien… alors, on positive, merci les hormones…  Ainsi j’avais varié mon alimentation avec des barres énergétiques Cliffbar, des bonbons et gels énergétiques de la marques GU Energy, une boisson et des pâtes de fruits Oxsitis et des sandwiches maison (à base de pain au lait, jambon et fromage).

Le choix du matériel

Rien n’est mieux que de se faire son avis, ainsi après des échanges et discussions, j’ai arrêté mon avis sur trois types de produits  :

  • Oxsitis Hydragon bottle 10 : Oxsitis propose des sacs à dos très bien pensés avec de nombreux compartiments : zone pour le téléphone, couverture de survie, … mais aussi pour les barres etc… Ces arguments m’ayant bien plu car rien de pire que du matériel qui bouge dans un sac. Mais aussi car un matériel bien rangé est un gain de temps durant la course (gage d’efficacité) dans les transitions. Pourquoi un Sac Bottle ? Pour deux raisons : car avec ce sac, je peux y intégrer dans les gourdes différentes boisons (eau ou boisson énergétique) mais aussi une poche à eau. J’ai donc organisé mon sac avec dans les poches mes barres ou aliments solides, un compartiment vêtement + matériel, un autre avec une poche à eau avec boisson énergétique type Energiz’heure et des bidons d’eau plate pour alterner.
  • Une frontale LED LENSER SEO7R qui est une produit très léger et complet. Facilement rechargeable (pile LR03 ou batterie), ayant une grande autonomie (de 5h à 20h), un ajustement (de la focale large ou réduite) et l’intensité de l’éclairage (de 40m à 130m), bien entendu, elle possède des spécificités techniques plus complexes telles que joint d’étanchéité, optisense technology, intelligent contrôl… Le poids est, quant à lui, réduit puisque cette frontal ne fait que 96g. Important dans la course au poids ! Un complément selon la durée de course prévu avec trois piles LR03 (les petites piles de télécommande) qui elles aussi sont moins lourdes. Tutoriel de la marque : Lien Youtube.
  • Le choix des chaussures : pour ma part, j’avais fait le choix de partir sur une paire de chaussures gore-tex afin de préserver mes pieds en cas de forte pluie. Ainsi mon choix s’était porté sur des Adidas de par la qualité de leurs semelles de trail. L’adidas swift avait la particularité d’une tenue de pied bien rigide, d’une semelle résistante, de différents types de lassage… dans ce type d’épreuve, je conseillerais d’avoir à sa disposition une seconde paire de chaussures durant un ravitaillement. La seconde paire pourrait être plus souple ou confortable et peut être pas gore-tex si vous ne supportez pas ce composant.

Toutes références matériels et diététiques via le magasin de Maxime Alex Natur Running

CONSEIL/PREPARATION

L’important est d’être confiant… selon  la citation d’Arthur ASHE : une des clés du succès est la confiance en soi, une des clé de la confiance en soi est la préparation.

Le secret résidant donc dans le fait d’être clair et satisfait de sa préparation, d’avoir le sentiment d’avoir explorer l’ensemble des volets de l’entraînement afin d’être préparé. Ainsi pour ma part, j’ai organisé mes séances en 3 thèmes :

  • un travail de vitesse (aérobie ou anaérobie) afin de travailler ma capacité cardiovasculaire et mon acidose.
  • un travail de seuil Aérobie et anaérobie afin de developper ma capacité à endurer.
  • un travail de technique, basé sur des séances plus ou moins longues en montagne avec le matériel spécifique, afin de tester l’équipement, les frottements, l’alimentation et developper la bonne gestuelle (montée ou descente).

 

OUVRAGE DE REFERENCE :

Run Less Run FASTER de Bill PIERCE et al, ED. RODALE , ouvrage sur préparation marathon.

L’endurance coordonnée par Grégoire Millet, ED Revue EPS, ouvrage sur la méthodologie de l’entrainement et la physiologie.

Physiologie des sports d’endurance en montagne par Fabienne Durand et Kilian Jornet, ED. De Boeck.

L’entrainement en pleine nature de Veronique Billat. ED. De Boeck.

Courir ou mourir – le journal d’un Sky-Runner de Kilian Jornet, Ed Outdoor-éditions.

Ultra-Trail, plaisir , performance et Santé, de Guillaume Millet,Ed Outdoor-éditions.