rampe
Conseils

Une belle rampe de lancement

Posté le 26 juin 2015

Réaliser un suivi d’entraînement pour un sportif est toujours un jeu d’acrobatie avec l’ensemble des éléments extérieurs ( vie personnelle, activité professionnelle…).   Il est donc important de faire peuve d’une grande écoute afin de trouver un juste milieu entre les ambitions et la réalité du terrain.

Capture d’écran 2015-06-26 à 12.02.26

La mise en place d’un facteur progression demande de la  patience afin de créer l’environnement favorable pour accepter et favoriser cette progression futur. Ainsi un temps de nécessaire  doit être accordé à celle-ci.

Nous pouvons définir 3 grands champs de progression :

  1. le champs technique : il connait que peu de limite ( physiologique et neuro-musculaire), l’amélioration de la technique  pour chaque sport est une nécessité première.  Une meilleur technique permettra de supporter une plus grande contrainte d’entraînement.
  2. L’adaptation musculaire : les adaptations musculaires visent à repousser la fatigue périphérique  ( lier au fonctionnement propre du muscle) et dans la prévention des blessures ( tension-musculaire) , et donc permettre de tenir une intensité ciblée selon un temps donné plus ou moins long.
  3. Les adaptations physiologiques : ces dernières sont plus longues et limités ( par le passé du sportive et ces prédispositions physiologiques) , un travail polarisé entre haute / très haute intensité et basse intensité est conseillé.  Ainsi  il est recherché à developper le moteur de l’athlète.

Une fois, la prise en compte des ces trois champs , un juste rapport doit être définit entre l’intensité et le temps (volume) pour chaque entraînement .  C’est cette charge  qui conditionnent la vitesse d’atteinte de son potentiel maximum de course.

Si l’on fait référence à l’image si dessus , nous pouvons observer une courbe de progression du niveau de forme d’un athlète ( valeur théorique estimé ) d’après les entraînements passés .  Ici cette courbe a établie une approche du pic de forme à J-7 d’un athlète.

Ce dernier a via cette méthode progressive pu se découvrir une progression linéaire durant sa saison  et ce jusqu’au jour J de sa course  (objectif).  Ainsi malgré la charge d’entraînement plus ou moins importante a pu éprouver un grand plaisir à s’entrainer et participer à des course de préparation.

NB : cette méthode permet de limité les risques de blessures car représente un juste milieu entre la charge et la récupération.